Saison 3

Saison 3 : sélection – Italie, Espagne, Portugal

 

Lions de Pau Miró
Traduit du catalan par Clarice Pasteig

Un jeune homme venu des beaux quartiers entre un jour dans la blanchisserie familiale la chemise en sang. Il est tard, le rideau de fer a été tiré. La Fille qui lisait là, glisse la chemise tâchée dans le tambour d’une machine sans poser de questions. Ni la mère ni le père ne poseront de questions. Mais dans la même nuit, un meurtre a été commis. L’inspecteur Sanchez, l’ami de la famille est sur les traces du criminel. La victime est un dealer, Vincent, ami d’enfance du quartier lui aussi. Pau MiroMais veut-on vraiment savoir d’où vient le sang sur la chemise du Jeune Homme ? N’est-il pas une chance, lui qui semble avoir de l’argent, un possible avenir pour la Jeune Fille ?

Buffles de Pau Miró
Traduit du catalan par Clarice Pasteig

Une famille de buffles tient une blanchisserie dans un quartier difficile. Le père, la mère, les 6 enfants. Une nuit un des fils, Max, disparaît. Reste : une famille de buffles qui tient une blanchisserie dans un quartier difficile. Le père, la mère, les 5 enfants et l’absence de Max. Une nuit la mère disparaît. Reste : une famille de buffles qui tient une blanchisserie dans un quartier difficile. Le père, les 5 enfants et l’absence de Max et de la mère. Une nuit le père disparaît. Reste une famille de buffles qui tient une blanchisserie dans un quartier difficile. Les 5 enfants et l’absence de Max, de la mère et du père. Entre conte, fable et fiction hyper-réaliste, ces cinq enfants racontent leurs difficultés de grandir, et à s’en sortir à la fois dans la jungle de la ville et dans la jungle des liens familiaux.

Sweet home Europa de Davide Carnevali
Traduit de l’italien par Caroline Michel

Le sort de l’homme et du monde contemporain, la folie de l’argent, le pouvoir et l’aveuglement qu’ils engendrent : une œuvre remarquable, pour l’intelligence et la subtilité de sa construction narrative et pour la force de son propos, abordé de façon frontale mais non réaliste. carnevaliLa pièce évoque certaines œuvres d’Edward Bond pour son contenu idéologique, sa noirceur, mais aussi Beckett pour son écriture syncrétique, son humour et sa portée universelle.

Variation sur le modèle de Kraepelin de Davide Carnevali
Traduit de l’italien par Caroline Michel

Trois hommes. Un père, son fils, et un médecin. Le père est atteint d’une maladie dégénérative de la mémoire. C’est une pièce à la fois triste et pleine d’humour, noire et pleine d’espoir, soucieuse d’interroger et de douter plutôt que d’affirmer et de croire, soucieuse de faire réfléchir et rêver. Ici la petite histoire personnelle ouvre une fenêtre sur la grande Histoire, questionnant l’identité de l’Europe.

Italie/ Brésil 3 à 2 de Davide Enia
Traduit de l’italien par Olivier Favier

Récit minute par minute du match de football du 5 juillet 1982, qui a fait de l’Italie la championne du monde: CHAMPIONNE DU MONDE !!Davide Enia Ce n’est pas tant l’affrontement fébrile et incertain de deux légendes nationales du foot, du premier but de Paolo Rossi à l’ultime arrêt de Zoff : le vrai protagoniste, c’est le groupe de parents et d’amis suspendus au nouveau poste de télévision couleur acheté pour l’occasion, vivant 90 minutes de suspens entre rites, superstitions, exaltations, dépressions, imprécations et dévotion.

Trois doigts en dessous du genou de Tiago Rodriguestiago Rodrigues

Dans les archives nationales du Portugal, le metteur en scène et auteur Tiago Rodrigues a trouvé une incroyable somme de documents sur le théâtre sous le régime salazariste. Construit à partir de ces rapports, Trois doigts sous le genou élève avec une brillante ironie les censeurs au rang d’auteurs, utilisant leurs écrits comme matériau d’une représentation qui devient une « machine à censurer » absurde et poétique

Troisième âge de José-Maria Viera Mendes

Quatre personnages s’interrogent sur la pièce qu’ils vont jouer. S’agira-t-il d’une comédie de guerre, d’une comédie de mariage, d’une comédie d’identités ? Dans un jeu vertigineux, José Maria Vieira Mendes met en pièces ce qui fait le théâtre traditionnel : fiction, fable et personnages.josemariavieiramendes

Empire d’André Murraças
Traduit du portugais par Marie-­‐Hélène Piwnik

andremurracas2

Connaissez-vous l’Empire State Building ? Êtes-vous déjà monté sur la désormais plus haute tour de New York ? Et savez-vous qui y vient ? Des touristes, oui. Ceux qui y travaillent. Et aussi des hommes et des femmes qui ont décidé d’en finir avec la vie. Mais ils ne franchiront pas tous le pas – ni le grillage de sûreté.